@VinceOPS

AWS Acceleration Roadshow 2019

aws-ar

Voilà déjà 1 semaine que j’ai assisté à l’AWS Acceleration Roadshow d’Aix en Provence, avec David, aussi lead dev chez Gojob. On a décidé de s’y rendre pour les sujets d’IA/ML, par curiosité technique et par curiosité vis à vis de GCP. En effet, on travaille quotidiennement avec Google Cloud Provider et je n’ai pas utilisé AWS depuis 2017.

aws-renaissance Hôtel Renaissance : un joli cadre pour cette conf gratuite. Merci aux sponsors, Intel et @premaccess !

🤫 D’ailleurs, on recrute des développeurs de tout horizon, n’hésitez pas à me contacter si vous cherchez un environnement (technique, pro…) qui vaut le détour


Un programme chargé que 4 speakers talentueux ont partagé entre : migration dans le cloud, CI/CD, Intelligence artificielle et Machine Learning, bases de données, IoT, sécurité… Slides disponibles ici.

Pourquoi choisir de créer son infra dans le Cloud ?

C’est Sébastien Stormacq, Developer Advocate, qui ouvre le bal avec “Réussir sa transformation digitale”.

4 piliers de la transformation

Slides disponibles ici

On retiendra, dans les grandes lignes :

  • L’agilité et l’élasticité offertes par le Cloud : disponibilité immédiate des machines, dont le cycle de vie est maîtrisé
  • Les nouveaux domaines technologiques mis au service des métiers : AI/ML/Data lake, IoT, …
  • Le choix de l’emplacement des données entreposées, parmi 22 régions, en fonction de la latence et des aspects légaux
  • Les certifications de l’infrastructure : PCI DSS, HDS, …
  • Le coût total de l’infrastructure (TCO, Total Cost of Ownership) significativement réduit (locaux, équipements, machines, administrateurs, dépannages, planification…)
  • L’autonomie offertes aux équipes (grâce à l’agilité/elasticité du Cloud)
  • Le site AWS Training, offrant des formations et certifications pour les services AWS.

Pour l’anecdote, Amadou Merico présente dans “Migrer ses data-centers dans le cloud”, l’AWS Snowmobile, un container de 14 mètres tiré par un semi-remorque pouvant contenir jusqu’à 100 PB (100000 TB, damn!), spécialement dédié au transfert de données.

AWS Snowmobile

Il a aussi assuré une belle présentation sur les différentes base de données AWS, Comment choisir sa base de données.

Les services exploitant IA et ML

Les intervenants n’ont évidemment pas présenté les 165 services offerts par AWS, mais parmi ceux utilisant IA et ML, on retiendra :

  • AWS Rekognition : Analyse intelligente de photos et de vidéos permettant l’identification de personnes, textes, objets… Ainsi qu’un redoutable outil de reconnaissance faciale.
  • AWS Polly : Synthèse vocale intelligente, capable (grâce au Machine learning) de lire un texte en utilisant différentes intonations, en s’adaptant aux prononciations d’une langue spécifique.
  • AWS Textract : Extraction de texte depuis des documents scannés, avec la capacité d’identifier des zones spécifiques (champs de formulaire, etc).
  • AWS Comprehend : Traitement de langue naturelle permettant de déduire d’un texte les organismes cités, le sentiment général (positif, négatif, neutre…), la langue utilisée, etc.
  • AWS Translate : Traduction sans langue intermédiaire (e.g. Français => Japonais directement, plutôt que Français => Anglais, puis Anglais => Japonais) basée sur des modèles de deep learning.
  • Amazon Lex : Création d’interfaces de type chatbot (basé sur les mêmes modèles d’apprentissage qu’Alexa).

Et face à Google Cloud ?

Si la majorité des plateformes Cloud offrent les mêmes services fondamentaux, tels qu’EC2, RDS et S3 (respectivement, dans Google Cloud : Compute Engine, Cloud SQL et Cloud Storage), certains services n’ont pas encore d’égal chez leurs rivaux.

Un comparatif (certes proposé par Google 😁) est disponible ici. Celui-ci n’est pas exhaustif : en effet, nul équivalent à AWS Neptune, BDD orientée Graphe. Pas plus qu’à AWS Timestream, BDD chronologique (oui, on parle de besoins de niches 🤷). En revanche, Google Cloud offre une alternative à tous les services suscités (IA/ML). Et aussi, depuis hier, des instances managées d’Elasticsearch (comme AWS Elasticsearch Service).

Mais l’article n’a pas pour but de comparer les plateformes : cela mériterait un livre entier réédité tous les 6 mois, tant les facteurs à prendre en compte sont nombreux et sujets au changement. Richesse fonctionnelle des services, facilité d’utilisation, qualité des documentations, tarifications, SLA, etc.

En conclusion

Les présentations étaient d’une grande qualité et méritent le coup d’œil (slides disponibles ici) si vous n’avez pas encore franchi le pas du Cloud, pour le déploiement d’applications comme pour l’utilisation de services : les premières utilisations (en heures, en stockage…) des services AWS sont souvent offertes.

Premaccess organisera aussi un récap’ du AWS re:Invent 2019 à Marseille, le 19 décembre.


VinceOPS

Retrouvez-moi sur Twitter 🤷
@VinceOPS